Éric Fassin / Aurélie Windels : Roms & riverains : une politique municipale de la race

MRAP

Share

Pour éviter race, mot par trop malsonnant, on admet plutôt que la « question rom » est une affaire de culture. De fait, la culture rom, sorte d’errance sans but dans un paysage d’ordures, de boue et de rats, est difficilement compatible avec « la nôtre ». D’où leur vocation – à ne pas séjourner chez nous, à être expulsés vers leurs fassin_romspays d’origine où ils trouveront plus facilement leurs marques. Ce livre montre comment l’État français, empêché par ses propres lois de traiter les Roms, citoyens européens, comme il traite les sans papiers tunisiens ou maliens, délègue aux municipalités la tâche de démolir les camps et de chasser leurs habitants. Il montre comment, pour ce faire, maires et adjoints s’appuient sur un réel ou supposé « ras-le-bol » des riverains. Il montre aussi, circulant comme des fantômes, les enfants roms, par terre avec leur mère sur un carton rue du Temple ou cheminant dans la nuit sur le bord de la nationale pour gagner l’école d’une commune éloignée qui accepte de les recevoir.

source : La Fabrique Éditions

Éric Fassin / Aurélie Windels : Roms & riverains : une politique municipale de la race

Ces vidéos ne sont pas téléchargeables.

Conférence (1/2)Conférence (2/2)Débat (1/2)Débat (2/2)

Share

2 Comments to Éric Fassin / Aurélie Windels : Roms & riverains : une politique municipale de la race

  1. Deuxièmement. Eric Fassin, quand vous dites que Manuel Valls et François Hollande critiquait Nicolas Sarkozy, revoyez les vidéos de débats dans lesquels ceux-ci faisaient seulement mine de critiquer Sarkozy.
    En fait, ils lui passaient les plats, et d’autres part ils n’avaient pas de mal à faire semblant de débattre puisque que Manuel Valls et Sarkozy se coordonnaient via Alain Bauer, sur les élémentes de langages à servir pour que leurs débats merdiques continuent.

    Le seul qui a réussi à fermer le débat sur l’identité nationale et peut-être même a fait autant peur à ces crétains qu’aux médias complaisants à ce bougisme raciste, fut Vincent Peillon lorsqu’il a planté un débat de plus qu’il devait avoir avec Eric Bésson.

    C’est une politique de Diversion. Parce que pendant que des éditocrates nous emmerdent à stigmatiser des rroms ou musulmans maintenant, on ne parle pas du dure. L’argent, les régressions sociales et surtout sociétal.
    C’est un combat de classe que les Sarkosysmes et Hollandisme (Lepenisme inclus) fausse en stigmatisant musulman et rrom sans avoir l’air d’y toucher

  2. Eric Fassin se trompe sur un point essentiel. Il croit que Manuel Valls et Caton de la reconquête sont de gauche..
    Dire que beaucoup de français croient qu’Hollande et Valls sont de gauche, ce n’est pas croire qu’ils sont de gauche. Ce qui fausse le diagnostic.

    Hollande et Sarkozy, ainsi que Mélenchon sont de droite. (Eux disent Républicains). Donc, ils font de faut débat de diversions racistes, et comme cela marchait plus facilement contre les rroms que contre les musulman sur les quels ils reviennent de temps à autres , non pas parce qu’il sont racistes, ou pro-Israël, pour certain, mais parce qu’enfûmer avec ces sujets stériles et connifiants, permetent de ne pas parler de vrais sujets comme la ficalités, Salaires justice fiscales, ou pire, spoliations monaitaires.

    Comme Tapie missionné par Mittérand, pour faire grimper Lepen en connifiants les débats, Valls Hollande, Sarkozy et même Mélenchon, font joujou avec les mensonges de Lepen, qu’ils utilisent comme les lepen.

    Valls en 2009, n’a pas donné d’explication sur sa virée racistes, édulcorée par une compagne qu’Hollande a eu beaucoup de mal à congédier:

    Regardez ceci et dites moi pourquoi Audrey Pulvar n’a pas bronché ?
    http://www.dailymotion.com/video/x9kg3g_manuel-valls-ou-le-racisme-de-gauch_news

Les commentaires sont fermés