Sylvain Laurens | Les courtiers du capitalisme

Les Amis du Diplo Versailles

En tant que siège de la plupart des institutions de l’Union européenne, Bruxelles cristallise aujourd’hui sur son nom les critiques de tous bords qui dénoncent la prise de pouvoir des « marchés » sur le « peuple » au sein des 28 états membres, à laquelle les multiples actes de la tragédie grecque qui s’est jouée depuis la victoire électorale de Syriza en janvier dernier semblent avoir apporté une illustration flagrante.

Toutefois, plus encore que les représentants de la troïka de créanciers formé par la Commission européenne, de la Banque centrale et du Mécanisme européen de stabilité qui ont finalement mis au pas le gouvernement d’Alexis Tsipras, un responsable est tout particulièrement pointé du doigt : le lobbying. On ne compte plus les articles et reportages édifiants pointant le poids démesuré de certains groupes d’intérêt représentant les milieux d’affaires sur les institutions bruxelloises, dictant littéralement leurs lois aux membres de la Commission et du Parlement, d’autant plus simplement que ces derniers se seraient eux-mêmes progressivement convertis aux « vertus » du néo-libéralisme…

La version audio de la conférence est disponible en téléchargement en bas de page

1ère partie2e partie3e partie

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.




Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.

5f8267cdbfa72eda97d01d6a4b334c10((((((((((((((((((((((((