Gaël Villeneuve | Les débats télévisés en 36 questions-réponses

Les amis du Monde Diplomatique Versailles

Share
Valéry Giscard d'Estaing et François Mitterrand le 5 mai 1981 Valéry Giscard d'Estaing et François Mitterrand le 5 mai 1981

La politique à la télévision a toujours fait débat. On accuse souvent les débats d’être bâclés, ou on leur reproche de manipuler le téléspectateur. Une évidence s’impose : il n’a jamais existé d’âge d’or de la politique à la télé.

La dimension divertissante des émissions politiques s’est imposée dès les années 60 : Face à face, A armes égales, Cartes sur table, L’Heure de vérité, Questions à domicile reposaient déjà sur une logique d’affrontement. L’offre de programmes politiques est restée relativement stable au cours du temps. Une rupture remarquable s’est manifestée à la fin des années 90, lorsque les chaînes décidèrent de confier à des animateurs la conception de divertissements où les politiques étaient les bienvenus. Un traitement de la politique se fait alors hors de l’espace journalistique. Cette mise en scène de la parole politique s’est perpétué jusqu’à aujourd’hui. Ainsi, les personnes politiques ont connu une forme de « désacralisation ».

En 2006, la télé a recadré la politique en traçant des frontières entre la parole des élus et les émissions de divertissement en créant des chaînes d’info et des chaines parlementaires. Il reste que la multiplication des « espaces de paroles politiques » a transformé la politique en spectacle. Soit les débats télévisés sont un théâtre, et on suppose alors qu’ils sont très soigneusement construits, des décors aux répliques. Soit ils sont une discussion bâclée et ceux qui l’animent sont-ils sincères ? En fait, la conception de ces émissions oscille entre organisation et improvisation.

source : les amis du Diplo

Share

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.




Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.

7b03cf51b2e72a828bf98fcd125de5acYYYYYYYYYYYYYYY